J’ai réussi à trouver les bons vêtements, pourquoi pas vous ?

Dans cet article, je vous dis comment j’ai trouvé les vêtements qui me vont.

Si vous ne l’avez pas encore fait, visionnez d’abord le cours vidéo d’hier:

Comment trouver le look qui vous correspond ?

J’ai toujours rêvé d’être bien habillée et de me sentir belle.

Dans cet article je vous partage tous les tests que j’ai réalisés avec les vêtements. Que ce soit consciemment ou à mon insu : voici un peu de mon histoire.

Notre histoire avec les vêtements remonte à la petite enfance. Bien sûr les premières années ce sont les parents qui choisissent… en fonction de leur histoire, des modes et de la société.

Première de fratrie j’étais très attendue. Les couleurs qui avaient été choisies pour moi étaient : le rose et le blanc, mais surtout le rose :-)) je vous en dis plus dans cet article –> Et oui rose pour les filles bleu pour les garçons

Vers 7-8 ans, je me souviens d’avoir eu trois robes similaires dans des couleurs différentes : rose, vert pâle et bleu. Je voulais toujours porter la bleue ! Maintenant je sais pourquoi : c’est une couleur plus proche de ma personnalité que les deux autres.

Je voulais aussi toujours du violet, mais comme dans la pensée collective c’était une couleur triste associé au deuil, ma mère ne pouvait pas imaginer une seconde m’habiller comme ça.

Je ne savais pas encore, j’étais déjà attirée par les bonnes couleurs.

J’ai porté beaucoup de rose pendant mes dix premières années… bien malgré moi. Ensuite je l’ai banni de ma garde-robe les dix années suivantes !

J’étais déjà sensible aux couleurs, j’avais aussi des préférences en matière de formes.

Puis arrive un jour où mes proches commencent à vouloir me guider en me disant ce qui me va ou non.

Ces commentaires sont pleins de bonnes intentions au départ. Sauf qu’ils parlent plus souvent de leur histoire et de leurs couleurs que de moi.

Ces commentaires parasitent votre alignement vestimentaire. J’ai commencé à choisir les mauvaises couleurs et les mauvaises formes pour de mauvaises raisons.

Une petite voix s’installe alors dans ma tête et qui me fait plein de commentaires, qui me dicte mes choix en fonction des autres et non en fonction de moi.

Il est naturel de vouloir plaire, mais

“S’aimer soi-même est le début d’une histoire d’amour qui durera toute une vie.”

Oscar Wilde

Au collège j’ai commencé les tests …

Si seulement on avait pu m’apprendre à connaître ma morphologie et les couleurs qui m’allaient à ce moment là !

Je me rappelle le jour de mon entrée au collège, la première fois que j’ai buté sur le regard des autres. Ma tenue, pourtant soigneusement choisie, m’a mise en décalage. En réaction, les jours suivant j’ai évolué pour me fondre dans la masse et me suis oubliée. J’ai passé l’année habillée en gris : la neutralité absolue !

Un peu de couture

Pour pouvoir porter des vêtements qui me plaisent et se rapprochent de la mode, j’ai commencé la couture à l’âge de 12 ans. J’ai voulu m’affirmer : un peu trop ! Le résultat des jupes longue en maille… orange ou bleu turquoise ! J’en souris encore en l’écrivant ! Aujourd’hui avec le recul je vois le dynamisme qui s’exprimait au travers des couleurs. Mes vêtements se voyaient plus que moi ; c’était finalement une façon de me cacher. J’ai voulu suivre la mode et je me suis oubliée.

Mais faire de la couture m’a aussi permis de commencer à avoir le bon œil sur les coupes et les matières. J’ai commencé à savoir reconnaitre les vêtements bien coupés.

Au lycée j’ai poursuivi les essais

Les chaussures à talon vues sur d’autres ont étés bien vite adoptés. J’exprimais ma nouvelle féminité en copiant ce que je croyais être la féminité. C’était un peu too much mais c’était déjà un peu plus cohérent.

Côté couture, je progressais et commençais à me faire des vêtements sur mesure… un vrai plaisir à côté du prêt-à-porter : des vêtements parfaitement ajustés à mes mesures. Mais pas forcement adaptés à ma morphologie. C’était un peu comme si j’étais dans la peau d’une autre, un peu en représentation.
J’ai d’ailleurs fait un peu de théâtre à cette époque. Prendre conscience de son corps fait partie du processus pour se sentir belle 😉

Pendant mes études et le début de ma vie professionnelle je me suis rapprochée de ma personnalité

Les études de stylisme que j’ai entreprises m’ont permis de simplifier mon look et de commencer à exprimer ma personnalité de façon plus cohérente.

Au début de ma vie professionnelle, j’ai réduit le nombre de couleurs dans mon armoire : en portant seulement mes favorites, j’ai trouvé mes couleurs signature. (Plus tard en cours de relooking, je découvrirai que certaines étaient déjà mes bonnes couleurs).

Côté formes, je multipliais les tests : ce n’était pas encore l’idéal !

En partant en mission humanitaire au Brésil j’ai tout simplifié

Eh oui, je suis partie pour 2 ans avec seulement… une valise. J’ai acheté peu de vêtements sur place. C’était vraiment intéressant comme expérience. J’ai découvert le minimalisme, mais aussi la cohérence : j’avais emmené seulement des vêtements que j’aimais vraiment. Et les quelques pièces que j’ai acheté ont dû avoir mon approbation totale… j’ai encore plaisir à les porter aujourd’hui ! Pas l’ombre d’un doute lorsque je les sors de l’armoire : je sais que ces vêtements me rendent belle.
En même temps je me suis éloignée du jugement de mes proches qui me disait si les vêtements m’allait ou non suivant leur propre conception de la vie. J’ai pu écouter vraiment le moi au fond de moi.

Cette expérience m’a fait découvrir le vrai luxe. Le vrai luxe c’est le minimalisme !

Ah oui, il faut que je vous dise qu’avant de partir en mission, j’ai donné la moitié de mes vêtements.

Et en rentrant j’ai encore trouvé qu’il me restait trop de vêtements… alors j’en ai encore donné une partie. Pour ne garder que l’essentiel.

En revenant, j’ai suivi une école de relooking… j’ai défini la structure de ma garde-robe et mon style.

Tout simplement j’ai APPRIS ce qui m’allait ou non. Je me suis rendue compte que j’avais déjà beaucoup appris par mes nombreuses tentatives passées : formes, couleurs et matières qui me vont. Je me suis rendue compte de tout ce qu’expriment les vêtements. J’ai appris à connaître ma silhouette, mes couleurs, mais surtout ma personnalité et mon mode de fonctionnement. Pour exprimer un seul message par mes vêtements : le mien !

Puis j’ai défini une méthode simple pour constituer une garde-robe cohérente, facile à porter et qui vous ressemble.

C’était bien plus simple que je ne le pensais de trouver des vêtements qui habillent aussi mon âme.

C’est un apprentissage… en parcourant les bonnes étapes dans l’ordre, j’y suis arrivée. Alors pourquoi pas vous ?


 

Mon investissement pour apprendre à trouver les bons vêtements

5 ans de cours de couture

1 000

3 ans d’ecole de stylisme

12 100

Formation de relooking

4 700

10 ans d’erreurs de shopping

3 000

Total

20 800 €

 

Je veux vous faire bénéficier de mon expérience ! En suivant de la formation Les clés de la beauté, vous découvrirez quels sont les vêtements qui vous rendent belles. Ouverture des inscriptions dimanche !

Parlez moi un peu de votre histoire avec les vêtements, et posez-moi vos questions dans les commentaires !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments: 3

  1. Cyrille says:

    Merci de nous raconter votre parcours, je pense que certaines se retrouveront dans ce processus!
    Pour ma part, j’ai longtemps négligé ma tenue, et détesté faire du shopping (si, si!). Mes parents bataillaient pour que je porte une robe lors des grandes occasions, je portais des habits démodés…
    Et puis, pendant mes études, je me suis retrouvée avec beaucoup de temps libre le midi. Il y avait un centre commercial pas très loin, alors je me suis mise à faire du lèche-vitrine… et à y prendre goût! Il a ensuite suffi que je rencontre des personnes qui m’appréciaient pour ce que j’étais, et pas pour mon apparence, pour que le déclic se fasse!
    Aujourd’hui, je suis très difficile niveau vêtements, ne trouvant pas que le prêt-à-porter propose beaucoup de choses pour ma morphologie (en X), si bien que je me suis mise à la couture. Sinon, je porte donc souvent des basiques, avec des bijoux un peu originaux.
    Il me reste encore des choses à oser, mais heureusement il y a Internet pour m’encourager!

    • Félicitations et merci de nous partager votre parcours avec les vêtements !

  2. Merci de votre partage.. c’est vrai qu’il nous faut du temps pour descendre en nous-même et savoir ce que nous voulons et ce que nous aimons vraiment. ..et apprendre à se connaître. .
    Merciiiiii

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *